Omote et ura

1 février 2015

Les principes

Les deux facettes d’une technique

A quelques rares exceptions près, toutes les techniques d’Aïkido peuvent être exécutées sous deux formes différentes : « omote » et « ura ».

« omote » (endroit, visible, devant…) est considérée comme une forme directe et entrante ou tori va travailler devant uke. Cette forme est la plus risquée puisqu’en passant devant le partenaire on s’expose au danger.

« ura » (envers, caché, derrière…) est une forme plus sécurisante, puisque tori va travailler derrière uke pour exécuter la technique d’une façon plus cachée et circulaire.

Bien que cette forme ne soit pas exempte de danger (notamment les coups de coudes), être positionné derrière le partenaire offre l’avantage de se tenir à l’abri des frappes pieds et poings.

Omote ura

Un choix déterminant !

 

Cet article sera illustré avec des vidéos pédagogiques de Paul Muller 7ème dan Aïkikaï dont le site web présente un très grand nombre d’exemples :

http://aikido-paul-muller.com/technique/progression-technique-par-attaques


A quelques nuances près

La distinction entre omote et ura est parfois difficile à comprendre pour les débutants car il arrive parfois que la nuance entre les deux formes d’une même technique soit très infime.

Exemple ci-après sur la technique shiho nage ou l’on peut voir qu’en forme omote on va écarter le bras du partenaire pour s’engager vers son dos, principe parfaitement identique pour la forme ura :

Shiho nage omote et ura sur attaque ryote dori

De même, sur irimi nage où l’on constate que pour les 2 formes, on va se diriger vers le dos du partenaire pour ensuite soit exécuter la technique de manière très directe (omote) ou très circulaire (ura).

Irimi nage omote et ura sur attaque chudan tsuki

La distinction entre omote et ura ne peut donc uniquement se définir par le placement de tori devant ou derrière le partenaire, mais aussi et surtout par l’orientation donnée à la technique.

Sur la technique sankyo ci-après, on voit que pour la forme omote toute la technique va être réalisée devant le partenaire alors qu’en ura (à partir de la 30ème seconde), le mouvement circulaire de la technique va permettre de rester dans le dos du partenaire jusqu’à son immobilisation au sol :

Sankyo omote et ura sur attaque shomen uchi

 

De nombreuses variantes

Comme on vient de le voir sur ces quelques exemples, ces deux formes ne sont pas simplement un effet miroir ou symétrique. Souvent plusieurs points de détails les rendent bien distinctes l’une de l’autre.

La principale variante est le caractère circulaire de la forme ura que l’on va trouver dans bon nombre de techniques pour l’amenée au sol ou la projection.

Mais sur certaines techniques des variantes existent pour permettre de réaliser un changement de position ou de main sans laisser le temps à uke de se redresser ou de contrer. Dans certains cas cela permet également de compenser une effet moins marqué en forme ura, comme un déséquilibre moins marqué.

C’est le cas par exemple de la technique nykkyo ci-après ou la forme omote très entrante permet de mettre le partenaire au sol et de l’y maintenir jusqu’à réaliser l’immobilisation. Alors que dans la forme ura, le déplacement de Tori permet au partenaire de se relever pour redevenir menaçant. Une contrainte articulaire est donc ajoutée pour pourvoir redescendre uke au sol :

Nykkyo omote et ura sur attaque shomen uchi

Autre exemple avec ude kime nage ou l’on va simplement absorber le partenaire en reculant (omote) pour l’amener à soi ou bien effectuer un déplacement pivot « Taï-sabaki » (ura) pour venir se placer contre :

Ude kime nage sur attaque ryote dori


Le Yin et le Yang

L’apprentissage des arts martiaux est bien souvent emprunt de mystères et de légendes laissant supposer que certains enseignements sont secrets ou du moins réservés à une élite.

A une époque lointaine où les élèves pouvaient défier leur maître pour prendre leur place, ces derniers enseignaient principalement des formes omote plus facile à contrer s’ils devaient y faire face. Les formes ura étaient réservées aux élèves les plus fidèles et dignes de confiance.

Aujourd’hui, l’apprentissage s’est considérablement démocratisé. Les techniques guerrières (jitsu) sont devenues des outils de développement de l’être humain (do) et les deux formes sont enseignées à tous comme formant un tout cohérent.

infini

Les deux facettes d’un tout

, ,

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

All Moutain 06 |
Alliance Leucquoise de Judo |
Mkacha51919 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Xavierdu08
| Viviyoga49
| U15 CAMON 2012-2013